- Religion

La femme dans le christianisme : représentations et pratiques

 

6.2 Le christianisme et les religions du Livre

Précisons, avant d'aborder ces questions, que ce chapitre sera centré sur la manière dont le christianisme, en particulier dans sa variante catholique, a défini la "nature" de la femme et son statut dans la société et dans le champ religieux. La quasi-totalité des Européens, en effet, sont actuellement des chrétiens. Selon une estimation de 1995, l'Europe des Quinze compte 0, 5% de juifs, 2% de musulmans (dont la plupart sont des émigrés venus des pays du Maghreb et résidant en France) et 85 % de chrétiens : 53% de catholiques, 20% de protestants, 9% d'anglicans et 3% d'orthodoxes, essentiellement présents en Grèce seul pays de l'Union Européenne de tradition orthodoxe. (Voir, sur la formation de ces différentes confessions, l'annexe historique). 
L'importance du christianisme n'est pas seulement manifestée par ces chiffres. En même temps qu'une religion, le christianisme est un fait de culture qui a contribué à façonner l'identité de l'Europe : le calendrier européen est un calendrier chrétien (nous comptons les années à partir de la naissance du Christ, nous chômons le dimanche, nous fêtons Noël, etc.) ; la plupart des villages et des villes s'ordonnent autour d'un centre occupé par l'église ou le temple ; jusqu'à une date récente, les grandes étapes du parcours biographique (naissance, mariage, mort) étaient marquées par des cérémonies religieuses.
Il est difficile, cependant, de traiter du christianisme sans faire référence à l'islam et surtout au judaïsme. Christianisme et islam en sont en effet des rameaux : leur conception du divin - le monothéisme - et certaines de leurs règles cultuelles prennent leur source dans des textes juifs, ceux qui sont réunis dans l'Ancien Testament.
Cette filiation est à la fois revendiquée et déniée par la théologie chrétienne. Le Christ est présenté comme le Messie annoncé dans les textes les plus tardifs de l'Ancien Testament et, dans l'Evangile selon saint Matthieu, il déclare : "Ne croyez pas que je sois venu pour abolir la loi et les prophètes ; je suis venu, non pour les abolir mais pour les accomplir" (5, 17). Cet "accomplissement" s'est traduit en réalité par une modification radicale de certains aspects de la tradition juive : le christianisme s'est construit, en partie, contre elle. 
L'héritage juif est assumé plus clairement dans l'islam : il a conservé l'essentiel des positions doctrinales du judaïsme (monothéisme strict, refus des images) et de ses prescriptions rituelles. Mahomet (570 (?)- 632), son fondateur, se présente d'ailleurs comme le dernier des prophètes (le Christ étant également, selon lui, l'un d'eux) : Dieu lui aurait confié ses ultimes révélations, contenues dans le Coran. 
Juifs, chrétiens et musulmans ont construit leur pensée religieuse, en partie ou en totalité, à partir des textes bibliques et c'est pourquoi on les appelle religions du Livre. Nous indiquerons, chemin faisant, ce qui rapproche ou distingue les interprétations qu'ils en ont données. Les limites fixées à ce chapitre nous interdisent d'analyser précisément le statut de la femme dans le judaïsme et l'islam. Voyons cependant ce qu'en dit la Genèse, un texte auquel se réfèrent aussi bien les juifs et les chrétiens que les musulmans. 
 





- Religion