Previous page



L'exposition de la dessinatrice de B.D. Nora Paak-kanen a ouvert ces portes le même soir où le tango finlandais a diverti et fait danser le public belge

Une satire de la vie

Heidi Kärkkäinen

 

Nora Paakkanen suit les événements avec un amusement ironique. Elle est la seule femme en Finlande à publier des dessins humoristiques sur le thème de la politique.

Il y a de cela onze ans, Nora Paakkanen est partie étudier la conception graphique à l'Isti- tuto Europeo di Design de Rome. A son retour, son choix de carrière était clair : elle s'est lancée comme dessinatrice de B.D. « Le format des strips m'a paru le plus naturel », explique N. Paakkanen. Elle a décidé de se procurer des contrats permanents avec des journaux, afin de pouvoir le mieux possible ajuster ses travaux aux lecteurs. Sa carrière fut lancée lorsque Hannu Leinonen, le rédacteur en chef du quotidien économique Kauppalehti, lui proposa une coopération. Les travaux de Nora Paakkanen sont également publiés dans le journal Nykypäivä de Kokoomus (parti conservateur finlandais), dans Defensor Legis, parution de l'Association finlandaise des Avocats et dans le magazine clients de l'entreprise Fortum. L'entreprise de N. Paakkanen s'appelle Scurius Cartoons. Le mot latin pour « écu-reuil » provient du personnage de son premier strip, un écureuil nommé Oskari.

La liberté est ce qui compte le plus

Au début de sa carrière, Nora Paakkanen rêvait du marché américain et d'un contrat avec une grande agence de comics. Par rapport à la Finlande, les États-Unis offrent cent, voire mille fois plus de possibilités d'être publié. Avec le temps, N. Paakkanen a commencé à se demander si elle voulait vraiment se spécialiser dans des dessins « politiquement corrects », dans lesquels les critiques doivent être présentées de manière à ne froisser personne. « Il n'est pas possible de dessiner en ayant l'obsession de l'argent. Le travail doit offrir des défis et être motivant. Il est important pour moi de conserver le contrôle sur ce qui a trait à mon travail. » Il y a trois ans, la participation de N. Paakkanen au salon du livre pour enfants de Bologne s'est traduite par un contrat avec Dargaud, le plus grand éditeur français de B.D. Pour le moment, ce contrat n'a pas encore abouti à des résultats concrets. Elle le considère cependant comme un jalon important dans sa carrière. L'objectif de Nora Paakkanen est de devenir une critique de la société que l'on prend au sérieux. « Le rôle du dessinateur est d'exposer ses opinions de manière claire, parfois exagérée. Il ne doit pas avoir peur qu'elles offensent quelqu'un. Après tout, chaque prise de position se limite à un strip. Le suivant aura déjà comme thème quelque chose d'autre. »

Les phénomènes d'actualité constituent la source d'inspiration

Le plus dur dans le travail de dessinateur n'est pas de parvenir à une critique mordante ou de maintenir une attitude humoristique ; pour Nora Paakkanen, c'est la solitude. Pour que son travail ne la retienne pas excessivement chez elle, elle reste en contact avec ses confrères et consœurs et est active au sein de l'Association des auteurs de bande dessinée. L'inspiration de ses dessins provient des relations interpersonnelles et des phénomènes d'actualité. N. Paakkanen explique qu'il ne lui est pas possible de lire les quotidiens sans se demander quelles sortes de solutions elle pourrait développer sur les nouvelles et les prises de position du jour. Elle parcourt occasionnellement les œuvres des autres dessinateurs. Elle entend rarement des critiques au sujet de ses dessins. Elle se rappelle toutefois qu'un certain rédacteur en chef s'était mis en colère après qu'elle eut critiqué dans un de ses dessins un personnage important faisant partie des amis de ce dernier. « Je l'ai écouté en rougissant jusqu'aux oreilles. Cela m'a stoppée et m'a fait réfléchir. Certains prennent les dessins humoristiques très au sérieux.