Previous page



Pourquoi apprende la langue française?

Patrick Thomas

 

L'apprentissage de toute langue étrangère est une richesse supplémentaire qui, bien enten- du permet de mieux comprendre ceux dont c’est la langue maternelle, mais avant tout de mieux se comprendre soi-même. Se voir et se situer à travers une langue autre que sa langue maternelle, c’est découvrir la part de soi qui est singulière, que l’on possède en propre et qui n’est pas uniquement le reflet de la culture et de la langue qui vous a façonné depuis le plus jeune âge.

Par ailleurs de nombreuses études de sciences de l’éducation montrent que la possession de plusieurs langues permet de développer des compétences cognitives transversales.

Mais pourquoi apprendre plus particulièrement la langue française ?

Je citerais un certain nombre d’éléments quantitatifs et pragmatiques, objectifs, d’autres qui sont davantage de type culturel et relèvent d’une appréciation plus subjective.

Les éléments quantitatifs tiennent notamment à l’ampleur du nombre de locuteurs français.

Quelques chiffres :

- 55 États font partie de la francophonie (un quart des pays membres de l’Onu) - Ils représentent 500 millions d’habitants dont 113 millions de francophones et 61 millions d’utilisateurs occasionnels dans leur propre pays.
- Le français est la seconde langue la plus enseignée dans le monde après l’anglais (environ 90 millions d’élèves) par 900 000 enseignants à travers la planète.
- A la différence d’autres langues quantitativement plus utilisées, cette langue est parlée et enseignée sur tous les continents.
- Elle est en outre la langue officielle et de travail de toutes les organisations internationales : l’ONU, l’Unesco, le Conseil de l’Europe, l’OTAN, etc. - Langue officielle des Jeux Olympiques elle est avec le latin la langue diplomatique du Vatican.
- Au sein de l’Union européenne elle a été longtemps la première langue et de loin, même si elle est aujourd’hui détrônée par l’anglais. Et n’oublions pas que les trois capitales de l’Union européenne : Bruxelles, Luxembourg et Strasbourg sont francophones.

En ce qui concerne les éléments culturels :

Ce pays, qui est le pays le plus visité au monde aujourd’hui détenteur d’un fabuleux patrimoine de portée universelle, dont la vie quotidienne est le symbole d’un art de vivre reste aussi une nation de tout premier plan dans le domaine scientifique et technologique, et économiquement et est aujourd’hui le quatrième exportateur mondial par exemple.

Sous le titre “ through other eyes “ le British Council vient d’achever la publication d’une enquête sur l’image de la Grande-Bretagne à l’étranger, entreprise en 1999 et 2000 dans 30 pays étrangers. Objectif : cerner les attentes et les attitudes des “ décideurs de demain “.

Un des résultats les plus surprenants de ce sondage est le suivant : alors que 9 étrangers sur 10 prétendent parler l’anglais et 16 % le français, près d’un décideur sur deux se prononce en faveur du français lorsqu’il s’agit de répondre à la question : quelle langue souhaiteriez-vous parler ?

Là ou le français n’est pas ou n’est plus en concurrence avec l’anglais, notre langue retrouve tout son attrait. Il y a un “ désir de français “, qui recoupe certainement un “ désir de France “ pour reprendre le titre d’un rapport parlementaire récent.

Autant que celui d’un pays et de son patrimoine culturel et touristique, ce désir de France c’est incontestablement celui d’une certaine idée de l’homme et de sa place dans le monde moderne.

Ce souci, cette volonté, cette prétention diront certains, à diffuser un message universel sont depuis longtemps ancrés dans notre conscience nationale.

Le souci de l’universel en matière scientifique, la France l’a aussi manifesté en matière de liberté et de droits de l’homme.

Aujourd’hui la France est confrontée au choc de la différence heurtant de plein fouet la tradition française de l’universalité.

Et la Francophonie est justement le mouvement par lequel la langue française, qui reste étroitement associée à un idéal de liberté et de solidarité, est de plus le vecteur par lequel un grand nombre de nations dans le monde expriment la diversité et la vitalité de leurs cultures.

La France et le français aujourd’hui suscitent et représentent un désir de différence dans un monde menacé par l’uniformité.

La Francophonie, c’est donc avant tout le dialogue des cultures : à l’intérieur de notre pays la langue française évolue et s’enrichit en étant un trait d’union entre des communautés les plus diverses, à l’extérieur, les cultures francophones accroissent leur dialogue avec les grandes aires culturelles et linguistiques : arabophone, lusophone, hispanophone, notamment.

Cette langue qui fut un jour celle du pouvoir, est en passe de devenir la langue du contre-pouvoir. Belle ambition !