Boundaries in the Eighteenth Century -
Frontières au dix-huitième siècle

International Review of Eighteenth-Century Studies -
Revue internationale d'étude du dix-huitième siècle

(IRECS - RIEDS)

Vol. 1

ISSN 1797-0091 (pdf)

ISBN 978-952-99901-0-8 (pdf, vol. 1)
ISBN 978-952-99901-1-5 (paperback, vol. 1)

 

Presentation of the contributors & abstracts
Présentation des auteurs & résumés

(PDF)

Introduction: Boundaries in the Eighteenth Century - Introduction : Frontières au dix-huitième siècle (Pasi Ihalainen) See abstract, Voir résumé

Conscience and police in the Bibliothèque raisonnée des savans de l'Europe (Petter Korkman) See abstract

Determinism/spinozism in the radical Enlightenment: the cases of Anthony Collins and Denis Diderot (Charles T. Wolfe) See abstract

La place des populations sibériennes et subarctiques dans les nouveaux découpages de champs de savoir, d’Iselin à Meiners (Gérard Laudin) Voir résumé

Des Lumières sans limites ? (Jean Mondot) Voir résumé

La Méditerranée : une frontière ? Le cas de Naples au XVIIIe siècle (Anna Maria Rao) Voir résumé

From a political border to a pre-national frontier: the construction of divergence between Russia and Sweden in the eighteenth-century eastern Finland (Joachim Mickwitz) See abstract

Frontières politiques, frontières linguistiques : les Pays Roumains au XVIIIe siècle (Ileana Mihaila) Voir résumé

L'historiographie des Bulgares au XVIIIe siècle : frontières mentales (Raïa Zaïmova) Voir résumé

La transgression des frontières dans les récits des voyageurs suédois au XVIIIe siècle (Charlotta Wolff) Voir résumé

La langue française en Europe centrale - pas de frontières ? (Milena Lenderová) Voir résumé

La question des frontières au XVIIIe siècle : approche esthétique, approche littéraire (Teresa Kostkiewiczowa) Voir résumé

British women writers crossing the boundaries: straying, migration, and trespass (Isobel Grundy) See abstract

 

*

Introduction: Boundaries in the Eighteenth Century
Introduction : Frontières au dix-huitième siècle
Pasi Ihalainen

How were the limits of the Enlightenment transformed between the early Huguenot Enlightenment and the late German Aufklärung? How did the national boundaries mould radical Enlightenment philosophy, and how were the limits of the rising new fields of scholarship defined? How did concrete borders and abstract boundaries affect the lives and identities of the contemporaries? How did contemporaries represent and surpass them in their use of language and in writing? These and many other meanings of the concepts of border, frontier, boundary and limit in the eighteenth century are discussed in this multidisciplinary and international anthology based on twelve papers presented in the joint colloquium of the Finnish and international societies for eighteenth-century studies in Helsinki in 2006.

Comment les frontières des Lumières se transformaient-elles entre les premières Lumières huguenotes et l'Aufklärung tardif allemand ? Comment les frontières nationales formaient-elles la philosophie radicale des Lumières, et comment les limites des nouveaux domaines du savoir étaient-elles définies ? Comment les bornes concrètes et les frontières abstraites affectaient-elles les vies et identités des contemporains ? Comment les contemporains les représentaient-ils et les surpassaient-ils dans leur usage de la langue et dans l'écriture ? Ces significations et plusieurs autres sens des concepts de frontière, borne et limite au dix-huitième siècle sont examinés dans cette anthologie pluridisciplinaire et internationale basée sur douze communications données au colloque organisé par les sociétés finlandaise et internationale d'étude du dix-huitième siècle à Helsinki en 2006. (Full text in English / Texte entier en français) / Back to index / Retour à la table


Dr. PASI IHALAINEN (PhD, University of Jyväskylä) is an acting Professor of General History at the University of Jyväskylä. He has published The Discourse on Political Pluralism in Early Eighteenth-Century England (Helsinki, 1999) and Protestant Nations Redefined: Changing Perceptions of National Identity in the Rhetoric of English, Dutch and Swedish Public Churches, 1685-1772 (Leiden & Boston, 2005). He works on comparative conceptual history of democracy and popular sovereignty.

 

Conscience and police in the Bibliothèque raisonnée des savans de l'Europe
Petter Korkman

In his Traité de la police of 1705, Nicholas Delamare of the Paris police force defended the harsh measures undertaken under Louis XIV against the Huguenot minority. For Delamare, combating heresy and imposing religious unity was the foremost task of state policy and of the officers charged with enforcing it. In his review of Delamare's book, published in the Dutch-based Bibliothèque raisonnée des ouvrages des savans de l'Europe in 1728, the professor of natural law Jean Barbeyrac presented a very different understanding of the relationship between conscience and police.

For Barbeyrac, as for most of the Bibliothèque raisonnée's mainly Huguenot refugee journalists, impartial reasoning gave every individual the right to freedom of religion. Barbeyrac's approach demonstrates that eighteenth-century defences of tolerance should not generally be understood as efforts to overcome the deep divide between Catholics and Protestants: for Barbeyrac the impartial conclusion was that the world must be rid of intolerance of all kinds, and especially of Catholicism, which for Barbeyrac is intolerant by definition.
Full text / Back to index


Dr. PETTER KORKMAN (PhD, Åbo Akademi University) is employed by the Academy of Finland and works as a Research Fellow at the Helsinki Collegium for Advanced Studies. Main publications focus on modern natural law theory in the early Enlightenment. Korkman edited the Liberty Fund edition of Jean-Jacques Burlamaqui's The Principles of Natural and Political Law (2006) and co-edited a volume on Transformations in Medieval and Early-Modern Rights Discourse (2005).

 

Determinism/spinozism in the radical Enlightenment: the cases of Anthony Collins and Denis Diderot
Charles T. Wolfe

In his Philosophical Inquiry concerning Human Liberty (1717), the English deist Anthony Collins proposed a complete determinist account of the human mind and action, partly inspired by his mentor Locke, but also by elements from Bayle, Leibniz and other Continental sources. It is a determinism which does not neglect the question of the specific status of the mind but rather seeks to provide a causal account of mental activity and volition in particular; it is a 'volitional determinism'.
Some decades later, Diderot articulated a very similar determinism, which seeks to recognise the existence of 'causes proper to man' (as he says in the Réfutation d'Helvétius). The difference with Collins is that now biological factors are being taken into account.

Obviously both the 'volitional' and the 'biological' forms of determinism are noteworthy inasmuch as they change our picture of the nature of determinism itself, but my interest here is to compare these two determinist arguments, both of which are broadly Spinozist in nature - and as such belong to what Jonathan Israel called in his recent book 'the radical Enlightenment', i.e. a kind of underground Enlightenment constituted by Spinozism - and to see how Collins' specifically psychological vision and Diderot's specifically biological vision correspond to their two separate national contexts: determinism in France in the mid-1750's was a much more medico-biological affair than English determinism, which appears to be on a 'path' leading to Mill and associationist psychology. Full text / Back to index


Dr. CHARLES T. WOLFE (PhD, Boston University, D.E.A., Université de Paris IV-Sorbonne) is an ARC Fellow in the Unit for History and Philosophy of Science, University of Sydney. He works on materialism and the life sciences in early modern thought, and recently edited the collection Monsters and Philosophy (London, 2005). Current research includes an ARC project on medical empiricism and editing a volume on eighteenth-century medical vitalism.

 

La place des populations sibériennes et subarctiques dans les nouveaux découpages de champs de savoir, d'Iselin à Meiners
Gérard Laudin

Dans les années 1780, Christoph Meiners édifie un champ de savoir nouveau, l'ethnologie, clairement délimité par rapport à d'autres champs (l'histoire universelle, la philosophie de l'histoire, l'histoire des religions, l'histoire du langage etc.). Il s'appuie pour ce faire sur des récits de voyage du XVIIIe siècle vers la Sibérie et les régions subarctiques qui ont contribué à ruiner les tentatives d'application empirique des taxinomies fondées sur la distinction entre des états successifs (de nature, de barbarie et de civilisation) que des penseurs des années 1760, comme Isaak Iselin ou Johann Gottlieb Steeb, peinaient à plaquer sur l'histoire humaine qu'ils pensaient en fait comme un processus de développement par degrés marqué (et entravé) par la rémanence de la barbarie à l'intérieur même de la civilisation. En déplaçant les enjeux vers la définition de frontières entre des disciplines, Meiners lève ainsi l'ambiguïté maintenue par ceux qui hésitaient entre des états successifs compris tantôt comme réalités empiriques, tantôt comme artefacts. Texte entier / Retour à la table


GERARD LAUDIN, professeur à l'Université de Paris IV-Sorbonne, est spécialiste de l'Allemagne du XVIIIe siècle. Ses travaux concernent principalement le théâtre, les transferts culturels franco-allemands ainsi que l'histoire de l'historiographie (de Melanchthon à Adelung) et la philosophie de l'histoire (Voltaire, Herder). À paraître prochainement un ouvrage sur Johann Christoph Adelung et l'archéologie de la notion de " Geschichte der Cultur ".

 

Des Lumières sans limites ?
Jean Mondot

Dès la fin du XVIIIe siècle s'ouvre en Allemagne un débat sur les limites des Lumières. Un auteur de la Revue Mensuelle Berlinoise estime que le sacré serait mieux employé au service des affaires publiques qu'à celui du mariage. Indigné, le pasteur Zöllner pose la question des Lumières. Mendelssohn et Kant répondent. Tous les deux de façon modérée. Wieland est plus radical. Il refuse de limiter les Lumières.

Depuis, le problème a bien évolué. La Révolution sous certains aspects, les totalitarismes du XXe siècle, la démesure des techniques et des savoirs ont fait perdre aux Lumières leur innocence première. Elles qui devaient ôter aux hommes leurs angoisses ancestrales, seraient-elles à l'origine de nouveaux dogmes et de nouvelles angoisses ?

Il faut se garder d'un procès rapide. Les Lumières sont inséparables de l'exigence critique. Elles ont le sens de la finitude humaine, même si l'illimitation de la quête de connaissance demeure au principe de leur message. Texte entier / Retour à la table


JEAN MONDOT est professeur de civilisation et littérature allemandes à l'Université Michel de Montaigne Bordeaux 3, directeur du CIBEL (Centre bordelais d'étude des Lumières), directeur de la revue Lumières et président de la SIEDS.

 

La Méditerranée : une frontière ? Le cas de Naples au XVIIIe siècle
Anna Maria Rao

Dans les correspondances diplomatiques et littéraires, le royaume de Naples est souvent représenté comme une frontière éloignée de l'Europe, comme le dernier rempart de la Chrétienté. Les correspondances consulaires napolitaines du XVIIIe siècle, au contraire, montrent la Méditerranée comme une frontière bien floue et perméable, lieu d'échanges économiques et culturels et de profondes transformations politiques.

La fin de l'empire espagnol en Italie d'un côté, le déclin de l'Empire ottoman de l'autre, pouvaient permettre des relations nouvelles d'échanges diplomatiques et économiques autonomes entre les pays libérés des dominations précédentes, les Siciles et les Régences barbaresques en particulier. Mais il ne s'agissait pour eux que d'une indépendance fictive, face à la force économique et militaire de la France, de l'Angleterre, de l'Autriche, de la Russie. Naples et l'Italie méridionale gardent aux yeux de ces puissances toute leur importance de base stratégique pour le contrôle de la Méditerranée et la notion de frontière fait le jeu de la réappropriation européenne de l'espace méditerranéen. Texte entier / Retour à la table


ANNA MARIA RAO est professeur d'histoire moderne à l'Université de Naples Frédéric II. Présidente de la Commission internationale d'histoire de la révolution française, elle a publié de nombreux travaux sur l'histoire politique et culturelle de l'Italie au XVIIIe siècle et sur la période révolutionnaire.

 

From a political border to a pre-national frontier: the construction of divergence between Russia and Sweden in the eighteenth-century eastern Finland
Joachim Mickwitz

The article discusses the juxtaposition of cultural boundaries and national borders in the eighteenth-century Baltic Sea area. It focuses on the frontier area known as Old Finland, which Sweden had lost to Russia in 1743. Both governments attempted to reconstruct loyalty and identity along the new borderlines, but in practice the cultural boundaries proved to be more lasting. The peasants and the burghers in Old Finland were bond together by economic, social and religious motives, which the new demands of the state did not necessarily challenge.

By concentrating on the social relations and the question of governance in this area, the article examines the formation of the modern state as a complicated process, where integration and divergence were formulated in everyday practices as well as in administrative initiatives. Full text / Back to index


Dr. JOACHIM MICKWITZ is a Senior Lecturer at Åbo Akademi University. His doctoral thesis dealt with national propaganda and film (Folkbildning, företag och propaganda: Finsk icke-fictiv film på det fält där nationell propaganda skapades under mellankrigstiden, Helsingfors, 1995), and he has edited the book På vakt i öster (Esbo, 2005) in four volumes about the border between Sweden and Russia.

 

Frontières politiques, frontières linguistiques : les Pays Roumains au XVIIIe siècle
Ileana Mihaila

Le but que cet article se propose est d'esquisser la situation complexe, autant politique que linguistique, des principautés habitées principalement par des Roumains au XVIIIe siècle - la Valachie, la Moldavie et la Transylvanie - quelque différent que fut leur statut à cette époque (la Transylvanie était une province appartenant à l'empire des Habsbourg, les deux autres, anciennes principautés vassales de l'Empire ottoman, étaient traitées à cette époque comme des provinces, mais ayant un statut spécial).

Il y est présenté un projet moins connu appartenant à la diplomatie de la cour de Catherine II concernant l'indépendance de la Valachie et de la Moldavie à l'époque de la guerre russo-turque de 1769-1774 et son échec dû surtout à l'opposition de l'impératrice Marie-Thérèse, consciente des problèmes que lui causait en Transylvanie l'élément roumain majoritaire. Enfin, sont présentées brièvement les conséquences culturelles du multilinguisme qui caractérise ces province à l'époque des Lumières. Texte entier / Retour à la table


Dr. ILEANA MIHAILA est maître de conférences au département de français de la faculté de langues étrangères de l'Université de Bucarest et directeur de recherche à l'Institut d'histoire et de théorie littéraire de l'Académie roumaine. Elle est spécialiste en littérature française et en relations franco-roumaines, notamment à l'époque des Lumières.

 

L'historiographie des Bulgares au XVIIIe siècle : frontières mentales
Raïa Zaïmova

Dans son article " L'historiographie des Bulgares (XVIIIe): frontières mentales " Raïa Zaïmova examine les façons dont les diverses communautés religieuses bulgares tracent les frontières mentales entre leur communauté et les " autres ". En examinant les sources historiographiques bulgares du dix-huitième siècle, Zaïmova montre comment les écrivains catholiques et orthodoxes partent d'orientations idéologiques différentes et comment ces orientations déterminent aussi leurs attitudes envers les autres nationalités voisines, comme par exemple les Turcs et les Grecs. Texte entier / Retour à la table


Dr. RAÏA ZAÏMOVA est directeur de recherches à l'Institut d'Études balkaniques auprès de l'Académie bulgare des Sciences et maître de conférences à l'Université de Sofia et à la Nouvelle Université bulgare. Ses nombreuses publications en bulgare et en français traitent des problèmes de l'imagologie (Occident/Balkans) et de l'évolution des mentalités en Europe moderne.

 

La langue française en Europe centrale - pas de frontières ?
Milena Lenderová

Il est connu qu'en Europe centrale, la diffusion de la langue française en tant que langue de communication noble continue tout au long du XVIIIe siècle. Dans les bibliothèques aristocratiques, on trouve les ouvrages rédigés en français, la conversation aux salons se déroule en français, et le modèle de la mère nouvelle de Rousseau est accepté avec l'enthousiasme dans le milieu aristocratique. Le français domine dans la correspondance. L'éducation et l'enseignement se déroulent en français, bien que ce soit contraire aux convictions du comte François Joseph Kinsky, réformateur pédagogique profane d'origine tchèque, qui accentua l'importance de la langue maternelle et refusa la coutume répandue de l'éducation francophone.

Vis-à-vis de la centralisation de l'empire des Habsbourg, l'allemand proclamé langue administrative en 1784 commence, vers la fin du siècle, à acquérir des positions de plus en plus importantes. Il devient surtout un moyen de communication masculin, mais le français continue à conserver sa place importante dans l'espace féminin. Salons, correspondances, journaux intime - voilà l'Europe centrale francophone des femmes, laquelle ne respecte pas les frontières.

La femme noble, surtout la mère, est responsable de la sauvegarde des traditions, des frontières qui distinguent la noblesse de la bourgeoisie : d'où l'effort de conserver le français au moins dans la correspondance et dans la conversation de salon. Texte entier / Retour à la table


MILENA LENDEROVA, professeur d'histoire, doyen de la faculté de lettres de l'Université de Pardubice. Auteur de plusieurs livres, elle travaille sur l'histoire du transfert culturel entre la France et l'Europe centrale, sur l'histoire quotidienne du XVIIIe et XIXe siècle et sur l'histoire des femmes.

 

La transgression des frontières dans les récits des voyageurs suédois au XVIIIe siècle
Charlotta Wolff

Cet article examine les attitudes envers la frontière dans les récits de voyage laissés par des gentilshommes suédois ayant voyagé sur le continent européen et particulièrement en France dans la seconde moitié du dix-huitième siècle.

La frontière est ici perçue à la fois comme un interface culturel et social, lieu de rencontres et d'échanges, et comme un défi métaphysique pour le voyageur. La frontière est un lieu traversé et une ligne de démarcation assez facilement franchie, mais c'est aussi et avant tout un symbole, une barrière mentale présente dans le récit de voyage, même dans celui du cosmopolite, qui se complaît à la transgresser. La frontière, lieu de passage, a donc aussi une fonction de miroir de l'autre et du soi et participe ainsi à la construction des identités sociales, culturelles et religieuses. Texte entier / Retour à la table


Dr. CHARLOTTA WOLFF est chercheur au département d'histoire de l'Université de Helsinki. Sa thèse Vänskap och makt. Den svenska politiska eliten och upplysningstidens Frankrike (2004, édition commerciale Helsingfors, 2005) était consacrée aux relations culturelles et politiques entre la Suède et la France au XVIIIe siècle. Elle a publié plusieurs articles sur l'histoire culturelle des élites européennes au dix-huitième siècle.

 

La question des frontières au XVIIIe siècle : approche esthétique, approche littéraire
Teresa Kostkiewiczowa

À l'époque de la Raison classique, l'une des catégories fondamentales de la pensée esthétique était celle de différentiation. La règle principale de la bienséance consiste à séparer les types du discours littéraire. C'est la base pour différencier et hiérarchiser les genres littéraires et les catégories esthétiques, et de formuler les règles de la création littéraire. La pensée esthétique des Lumières place le problème des limites au centre même de la réflexion. C'est la notion des règles qui constitue l'émanation de l'idée des limites et frontières. Son rôle était systematiquement mis en question dans les écrits esthétiques de Voltaire, de Diderot, de Beaumarchais et de Louis-Sébastien Mercier. Les genres littéraires y sont traités non pas comme des points distincts se trouvant sur un axe, mais comme des éléments formant une continuité dans l'espace littéraire, dont les constituants se mélangent et se superposent.

La distinction stricte des catégories esthétiques (le beau et la laid, le tragique et le comique) était aussi mise en question, en autre par Diderot et Mercier. D'autre part, des catégories nouvelles apparaissent, comme par example le sublime, en unissant des qualités jusqu'alors distinctes. Selon les hommes de l'époque, les limites des catégories esthétiques s'estompent, les qualités s'unissent et coexistent. La réflexion basée sur l'observation des rapports et des liaisons, et non pas de bornes et de différences a également trouvé sa manifestation dans la littérature de l'époque. Texte entier / Retour à la table


TERESA KOSTKIEWICZOWA, professeur de l'Institut d'Études Littéraires de l'Académie Polonaise des Sciences, historien de la littérature et de la culture des Lumières, auteur des plusieurs publications sur la poésie, l'esthétique et la culture littéraire de l'époque.

 

British women writers crossing the boundaries: straying, migration, and trespass
Isobel Grundy

This essay looks at some of the ways in which literal or political boundaries or frontiers were experienced by women, secondly at ways in which women represented such frontiers in their writings, and thirdly at metaphorical boundaries: the way in which women writers (who in the eyes of many were trespassing beyond their sphere in publishing if not in writing) used the idea of boundaries to illuminate the issues they explored, and more especially their varied approaches to the question of relaxing the bounds socially set to women's endeavours.

During the Restoration period, some women crossed frontiers eagerly in pursuit of personal fulfilment; others entertained over-riding goals which negated the significance for them of such frontiers. Women's writing then and in later decades paid less attention to physical travel and more to gendered social limitations, either enforcing them or challenging them. This concern with boundaries is a key issue for women of the period, and their literary treatment of it provides a valuable approach for scholarly investigation. Full text / Back to index


ISOBEL GRUNDY, Professor Emeritus in the Department of English and Film Studies, University of Alberta, Canada, holds the BA and D.Phil. degrees from Oxford University and is a member of the Royal Society of Canada. Her publications include Lady Mary Wortley Montagu (Oxford, 1999) and (with Susan Brown and Patricia Clements) the electronic text Orlando: Women's Writing in the British Isles from the Beginnings to the Present (Cambridge, 2006).

 

© The Finnish Society for Eighteenth-Century Studies (Suomen 1700-luvun tutkimuksen seura ry), International Society for Eighteenth-Century Studies, and the authors.

This work is protected by copyright. Readers are free to use the ideas expressed in it but may not copy, distribute or publish the work or part of it, in any form, printed, electronic or otherwise, except for brief quoting, clearly indicating the source. Readers are permitted to make copies, electronically or printed, for personal and classroom use. All rights to commercial reproduction of the volume as a whole are reserved. For separate articles only, these right are owned by the authors.

Graphic design by Jouko Nurmiainen (pdf & html) and Päivi Maria Pihlaja (html); French translation of Pasi Ihalainen’s introduction by Charlotta Wolff. All rights reserved.

© Société finlandaise d'étude du dix-huitième siècle (Suomen 1700-luvun tutkimuksen seura ry), Société internationale d'étude du dix-huitième siècle et les auteurs.

Cette oeuvre est protégée par le copyright. Les lecteurs sont libres de faire usage des idées qui y sont exprimées mais ne peuvent copier, distribuer ou publier l'oeuvre en intégralité ou en partie sous aucune forme, ni imprimée, ni électronique ou autre, à l'exception de citations brèves indiquant clairement la source. Il est permis aux lecteurs de faire des copies électroniques ou imprimées pour un usage personnel et pédagogique. Tous les droits de reproduction commerciale du volume dans son intégralité sont réservés. Pour des articles isolés uniquement, ces droits sont la propriété des auteurs.

Mise en page et maquette par Jouko Nurmiainen (pdf & html) et Päivi Maria Pihlaja (html) ; traduction française de l'introduction de Pasi Ihalainen par Charlotta Wolff. Tous droits réservés.

 

*

Back to the Main Page of the
Retour à la page d’accueil de la
IRECS-RIEDS